Sécurité des écoles, complément d’enquête. Trois choses à savoir.


Rentrée scolaire en Dordogne : trois choses à savoir sur la sécurité des établissements

En complément de mon article du 21 octobre 2017, cliquez sur le lien suivant: ( SÉCURITÉ DES ÉCOLES – DIMINUTION DE CRÉDIT DE 60 000,00 € POUR NOS ÉCOLES ) ,retrouvez l’article du Sud-ouest du 29 août 2017 qui précise que: « les communes doivent mieux sécuriser les écoles. »

Après les attentats de 2015, les communes doivent mieux sécuriser les écoles. Pour les aider, en Dordogne, 265.000 euros ont été versés par l’État.

A moins d’une semaine de la rentrée des classes (lundi 4 septembre), que faut-il savoir sur la sécurisation des établissements scolaires en Dordogne ? Trois points à retenir, suite à la conférence de presse organisée ce mardi à la préfecture.

1/ 265 000 euros ont été attribués pour le financement de la sécurisation des écoles

L’enveloppe versée par l’État en juillet est de 265.000 euros. Cette somme vise à accompagner les collectivités à prendre des mesures de sécurisation des établissements scolaires. Trois axes sont pris en compte :

primo: l’anticipation, en faisant les travaux nécessaire aux abords des écoles ;

secundo: la sécurisation, en mobilisant les forces de l’ordre ;

tertio: la réaction, en faisant des exercices et en sensibilisant les enseignants et les élèves aux gestes qui sauvent.

2/ Qui est concerné par cette aide

En Dordogne, 39 collectivités ont été aidées financièrement par ce fonds. « Une priorité a été donnée aux communes rurales, celles qui sont le plus fragiles financièrement », précise la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. Outre Thiviers, La Douze, Nontron ou Marcillac-Saint-Quentin, des zones urbaines comme Périgueux, Sarlat et Coulounieix-Chamiers ont aussi été aidées. Les écoles du primaires sont les plus concernées par ces dossiers. « Les sommes versées permettent de financer de 20 à 40 % des travaux envisagés », poursuit la préfète. Périgueux, par exemple, a touché 49.290 euros, soit 20 % des travaux prévus. Une cinquantaine de communes avaient fait une demande de financement.

3/ Quels sont les travaux réalisés

En général, les travaux concernent la mise en place d’interphones ou d’une alarme, ainsi que le rehaussement des grillages. Il faut aussi éviter le stationnement de véhicules trop proches des écoles.

Pour aider les chefs d’établissement dans leurs démarches, un partenariat avec les forces de l’ordre a été mis en place.

Un gendarme référent sûreté a pour mission de faire l’inventaire des travaux à réaliser.

C’est lui qui évalue les failles : une porte trop fragile, un grillage trop bas… La semaine prochaine, pour la rentrée scolaire, une centaine de gendarmes et réservistes seront présents pour sécuriser les établissements scolaires en zone rurale. A Bergerac et Périgueux, une vingtaine de policiers, aidés par des agents des deux polices municipales, assureront la présence aux abords des écoles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :